Exploration de l’architecture de cloud hybride

Définition, cas d’usage et avantages

Alors que les entreprises poursuivent leur transformation numérique – une évolution qui a commencé avant la pandémie de COVID-19 mais qui a été indéniablement accélérée par celle-ci – les perspectives sur le stockage, l’analyse et l’exploitation des données ont également changé.

Le cloud joue un rôle majeur dans ce développement : une étude de Gartner prévoit que d’ici 2022, 75 % de toutes les bases de données dans le monde seront déployées ou auront migré vers une plateforme cloud. En outre, un nombre croissant d’entreprises déterminent qu’elles ne peuvent pas mettre toutes leurs données et leurs applications dans un seul panier cloud, ce qui favorise l’adoption de systèmes de cloud multi et hybrides.

L’architecture de cloud hybride peut représenter la solution idéale pour les besoins en données des entreprises, car elle leur offre le meilleur des deux solutions dans les environnements de cloud public et sur site. Toutefois, il est essentiel d'effectuer une construction correcte de votre environnement hybride, car vous risquez de rendre involontairement la gouvernance et la migration des données plus difficiles que jamais.

Architecture de cloud hybride

Qu’est-ce qu’une architecture de cloud hybride ?

Teradata définit le cloud hybride comme le couplage de l’une des principales plateformes de cloud public (Microsoft Azure, Amazon Web Services, Google Cloud, etc.) avec une infrastructure de données sur site dédiée. Certains le considèrent comme la combinaison des ressources d’un fournisseur de cloud public et d’un environnement de cloud privé supervisé uniquement par l’entreprise qui l’utilise, car son entretien peut se révéler assez coûteux. Bien que la définition puisse varier légèrement en fonction des personnes interrogées, le cloud hybride est de plus en plus plébiscité par le entreprises qui souhaitent tirer parti des ressources cloud sans y transférer l’intégralité de leurs charges de travail. Selon IDC, 90 % de toutes les entreprises utiliseront un mélange de cloud public et d’infrastructure sur site d’ici 2022.

Dans certains cas, vous pouvez voir les termes « cloud hybride » et « multi-cloud » utilisés d’une manière qui semble interchangeable. Parfois, vous pouvez même voir apparaître le terme « intercloud », ce qui peut vous perdre encore davantage si vous souhaitez comprendre la nature de ces solutions. Il est donc important pour nous de savoir distinguer ces infrastructures. Voyons cela ensemble :

  • Une configuration multi-cloud est une configuration qui utilise plusieurs clouds. Si vous utilisez le terme seul, il est supposé la plupart du temps qu’aucun cloud impliqué dans une configuration multi-cloud donnée n’est connecté à quelque ressource de données locale que ce soit.
  • Une solution de cloud hybride peut utiliser des ressources issues d’un ou de plusieurs services de cloud public. C’est la connexion sur site qui mui donne son caractère hybride. Dans la plupart de ses déploiements hybrides, Teradata utilise un modèle architectural dans lequel le système de gestion de base de données (DBMS) – Teradata Vantage – ainsi que les données et les applications qui s’y connectent peuvent se trouver dans le cloud, sur site ou dans les deux.
  • Enfin, l’intercloud fait référence à l’utilisation de services de plusieurs fournisseurs de services cloud (CSP) et à la connectivité qui en résulte entre différents clouds, qui permet de déplacer des données et des charges de travail de l'un à l'autre.

Le couplage de l’une des principales plateformes d’infrastructure cloud avec les ressources sur site permet de conserver la valeur de l'investissement effectué, tout en pemettant à l'entreprise d'aller à un rythme de plus en plus centré sur le cloud. Alors que les acteurs du monde entier dans tous les secteurs continuent de croître et que la main-d’œuvre distribuée devient une tendance prédominante, le cloud hybride aide à tirer le meilleur parti de tous les outils de données à disposition. Cela permet d'effectuer des analyses plus robustes et plus efficaces afin de prendre des décisions commerciales adaptées qui amélioreront les résultats de l'entreprise.

Les avantages – et les limites – de l’architecture de cloud hybride

Etablir et mettre en œuvre la meilleure stratégie cloud pour une entreprise n’est pas une mince affaire. Les décisions pourraient bien définir l’avenir opérationnel de l'organisation pour les années à venir. En considérant les différentes options, il est essentiel d’examiner tous les attributs pertinents de chacune d'entre elles, qu'ils soient positifs ou négatifs, en toute objectivité.

Avantages du cloud hybride

"Le beurre et l'argent du beurre", voilà en quoi consiste le fait d'adopter une architecture de cloud hybride. En effet, il s'agit de conserver les outils et l’infrastructure sur site pour lesquels les capitaux dépensés pour les acquérir sont conséquents Il est possible d'utiliser ces ressources (stockage de données, personnalisations d’applications, mise en réseau, etc.) comme un référentiel d’informations critiques pour l’entreprise. En parallèle, cela permet de bénéficier du stockage à grande échelle et de l’innovation rapide qu’offrent les clouds publics, ce qui réduit drastiquement la possibilité que les données soient cloisonnées, et de maximiser l’accessibilité des données.

Il peut également y avoir des effets immédiats et positifs sur les coûts. Il ne sera plus nécessaire de épenser de l’argent pour améliorer la capacité du réseau ou en mettre en place un réseau entièrement nouveau et séparé simplement pour gérer les demandes posées par certaines applications ou certains services. En effet, il est possible de tirer parti du cloud pour prendre en charge ces outils. Décharger les données sur site et les envoyer vers le cloud peut réduire la charge qui pèse sur l’infrastructure sur site de l'entreprise, ce qui permet de les enregistrer ou de les réutiliser à des fins spécifiques mais pas moins essentielles, telles que la prise en charge d’outils existants qui ne peuvent pas fonctionner sans serveurs dédiés.

Le plus grand avantage du cloud hybride est sans doute son niveau de flexibilité et de contrôle. Il permet de déterminer l’emplacement des charges de travail en fonction de l'évolution des besoins de l'entreprise. Cela offre aux développeurs la possibilité de tirer parti des outils les plus modernes dans le cloud. De plus, lorsqu’elle est associée à la bonne plateforme de données, l’architecture de cloud hybride offre une flexibilité et une rentabilité inégalées à la charge de travail analytique, un avantage qui n'est pas toujours offert par des entrepôts de données uniquement dans le cloud.

Inconvénients potentiels du cloud hybride

La mise en œuvre d’une stratégie de cloud hybride ne sera pas une tâche facile si l'entreprise n’établit pas un contrôle et une visibilité stricts sur ses données. La latence est un obstacle courant à surmonter, surtout s’il y a une distance physique importante à parcourir ou si les applications sont relativement « bavardes », avec beaucoup de communication de reconnaissance aller-retour.

Dans le même ordre d’idées, la supervision et la maintenance des ressources locales peuvent prendre un peu de temps, quoi qu’il arrive. Lorsque ces tâches doivent être effectuées sans qu'il y ait de chevauchement redondant ou d’incompatibilité avec les ressources cloud, cela peut créer encore plus de ralebtissements.

A quel moment le cloud hybride est-il la meilleure option ?

Un déploiement cloud hybride sera bénéfique pour toute entreprise qui dispose de sources de données et d’une infrastructure sur site qu’elle doit maintenir en place tout en trouvant le juste équilibre entre coûts raisonnables et performances efficaces. La migration des données et des charges de travail vers le cloud peut perturber considérablement les opérations quotidiennes s’il n’est pas soigneusement planifié et testé à l’avance. La clé est de profiter de ces avantages ainsi que de toutes les incroyables possibilités du cloud qui ne cessent de se développer. Toute entreprise qui privilégie la flexibilité peut bénéficier de manière significative d’une combinaison de services de cloud public et d’outils de données sur site.

L’infrastructure cloud hybride constitue une solution idéale lorsqu’une entreprise doit mettre à niveau certaines applications et ressources dans un court laps de temps. Certaines des applications les plus populaires et les plus précieuses, telles que Salesforce, Canva ou Zendesk, s’exécutent exclusivement dans le cloud, et si l'entreprise a pris du retard en matière d’adoption pour une quelconque raison, il est essentiel de rectifier rapidement la situation. L’architecture cloud hybride facilite la mise à niveau vers ces applications et/ou leur intégration à des applications existantes sans avoir besoin d’utiliser une nouvelle infrastructure sur site. En outre, si ce ces applications préexistantes s’exécutaient auparavant sur une infrastructure obsolète, l'architecture cloud peut améliorer leurs performances.

L’évolutivité est un autre facteur qui permet de générer de la valeur à partir de l’architecture de cloud hybride : lorsqu’un pic massif de trafic lié à un nouveau projet, à une nouvelle acquisition, ou à une hausse saisonnière plus prévisible a lieu, l'évolution vers le cloud peut se faire plus, ce qui ne sera pas le cas pour les infrastructures sur site. La réduction d’échelle peut être réalisée de manière tout aussi rapide lorsque de telles ressources supplémentaires ne sont plus nécessaires.

En un mot, les entreprises qui souhaitent trouver la meilleure solution pour les charges de travail qui ont chacune des besoins et des spécifications différents devraient envisager un modèle cloud hybride.

Création d’une architecture hybride : 3 points clés

Un déploiement efficace du cloud hybride implique la combinaison idéale de CSP, d’infrastructure sur site, de plateforme de données et de sécurité. Afin de déterminer les composants adaptés à l'environnement cloud hybride d'une entreprise, il est essentiel de tenir compte des facteurs suivants :

  • Applications et gravité des données : Tout d’abord, déterminez la quantité de données actuellement hébergées dans le cloud et la quantité de données sur site. S’il existe d’importants clusters de données sur site, peuvent-ils, ainsi que leurs applications correspondantes, migrer vers le cloud avec un minimum de difficulté ? En matière de performances, il est préférable de garder les données et les applications ensemble.
  • Bande passante et frais de sortie : Il est idéal de minimiser le trafic cloud sortant, car il peut être coûteux en raison des frais de sortie de données des CSP. Il est donc important de concevoir des opérations d’analyse de base en tenant compte de ces considérations financières. Si votre plateforme d'analyse de données peut effectuer des choix intelligents basés sur les coûts en fonction de l’emplacement où les charges de travail sont exécutées, votre facture mensuelle s'en trouvera réduite d'autant.
  • Sécurité : Votre architecture cloud ne sera sécurisée que si vous avez garanti la sécurité de votre entreprise dans son ensemble. En outre, la sécurité impacte également la manière dont certaines charges de travail sont implémentées. Pour bénéficier d'une meilleure supervision, utilisez toujours une sécurité réseau renforcée, adoptez une politique de gouvernance des données uniforme pour les données sur site et hébergées dans le cloud et utilisez une plateforme d’analyse de données conçue pour la sécurité.

Teradata Vantage est la plateforme multi-cloud connectée dédiée à l’analyse de données d’entreprise. Sa sécurité, son élasticité et sa flexibilité permettent aux entreprises de se transformer et de faire preuve d'évolutivité. En utilisant Vantage comme élément fondamental de votre déploiement, votre architecture cloud hybride peut porter votre entreprise vers de nouveaux sommets en matière d’efficacité et d’innovation.

Poursuivre la lecture

L’essor du cloud connecté