Share

Qu’est-ce qu’une stressed exit ?

Une stressed exit, parfois appelée "sortie urgente", consiste à se retirer d’un accord d’externalisation à la suite de la défaillance ou de l’insolvabilité du fournisseur de services. À l'inverse, une non-stressed exit consiste à s’éloigner d’un accord d’une manière davantage planifiée et gérée, pour des raisons stratégiques, commerciales ou de performance.

De telles décisions peuvent intervenir lors de n’importe quel accord d’externalisation passé avec un tiers, mais les termes se réfèrent généralement à de vastes accords d’externalisation où le fournisseur de services joue un rôle essentiel dans l’activité principale d’une entreprise.

Stressed exit et cloud

À mesure que les entreprises migrent leurs services de base vers le cloud, les accords d’externalisation avec les fournisseurs de services cloud font l’objet d’un examen de plus en plus minutieux. L’inquiétude est que les entreprises pourraient devenir trop dépendantes des fournisseurs de services cloud et donc faire face à des perturbations importantes de leur activité en cas de stressed exit.

Minimiser l’impact des stressed exits

La mise en place de plans pour atténuer l'impact de ces décisions, en particulier les stressed exits, constitue un élément clé des plans de continuité d'activité (PCA) pour s’assurer qu’une organisation est résiliente sur le plan opérationnel. La capacité à s’assurer que les interruptions soudaines et imprévues n’ont pas d’impact sur les services de base pour les clients est essentielle pour se protéger contre toute perte de revenus ou toute atteinte portée à la réputation.
Dans les secteurs réglementés, comme les services financiers, les PCA constituent également une exigence réglementaire. Le fait de ne pas documenter ni tester correctement les plans de sortie (exit plans) peut entraîner des mesures punitives de la part des organismes régulateurs.

Teradata prend en charge les stressed exits

Les entreprises doivent changer leur façon de penser pour pérenniser leurs stratégies cloud. L'infrastructure hybride et multicloud peut contribuer à renforcer la résilience opérationnelle en introduisant de l’agilité, de la flexibilité et du choix dans les décisions concernant les infrastructures critiques.